Ne dit rien

(c) Élie Fillion

Vois, je n’y suis pour rien, j’implore ton pardon,
Je n’ai jamais trop su comment faire avec toi
Cet amour fut tordu,  pernicieux et abscon
Tant unilatéral qu’une inflexible loi

Je t’aimais au passé, quel vil et pieux mensonge
Car je t’aime aujourd’hui sans n’en plus dire mot
Je voudrais déclamer que j’ai jeté l’éponge
Mais elle est à mes pieds, toute auréolée d’eau.

Vois, je ne t’en veux pas, on ne décide point
À qui Eros nous lie, et décoche ses traits
Je n’ai jamais de chance aux tirages contraints

Je ne peux que te voir, tes travers, tes attraits
Prendre la route seul, vigoureux, plein de poigne
Et je souris de loin, alors que tu t’éloignes

Laisser un commentaire