Abandon programmé

Volutes, doigts, rires,
Je plane, tu joues
D’abord je respire
Le creux de ton cou

Ô tu es si pâle
Je te vois à peine
Et ô j’ai si mal
Car je sais la scène

Qui m’attend bientôt.
Quand tu partiras
Il sera trop tôt
Bien trop tôt pour moi

Alors il arrive
Quand tu es en moi
Que déborde, vive
L’eau de mon émoi

Que j’avale, déçue
Avant que t’entende
Qu’une fois parti
Je serai perdue.