Abandon programmé

Volutes, doigts, rires,
Je plane, tu joues
D’abord je respire
Le creux de ton cou

Ô tu es si pâle
Je te vois à peine
Et ô j’ai si mal
Car je sais la scène

Qui m’attend bientôt.
Quand tu partiras
Il sera trop tôt
Bien trop tôt pour moi

Alors il arrive
Quand tu es en moi
Que déborde, vive
L’eau de mon émoi

Que j’avale, déçue
Avant que t’entende
Qu’une fois parti
Je serai perdue.

Fais pas ta pute

(c) Sister of Sin, tous droits réservés

Il faut souffrir pour être belle
Me disait ma pauvre grand-mère
Quand elle tirait sur ma crinière
Pour défaire mes boucles rebelles.

J’ai bien appris, car je chatoie
Quand un client tient ma tignasse
Me prend comme une autre chiennasse
Qui veut juste payer son toit

Mais le docteur des tourmentés
Insinuant « Fais pas ta pute »
Veut me sevrer de la culbute
Afin que je sois respectée

Et mes parents, grand bien leur fasse
M’ont répudiée avant mes crimes
Leur déception si légitime
M’ont envoyé droit dans la crasse.

« Fais pas ta pute, ou fais le fière »
Ce sont les mots du féminisme
La sodomie et l’ondinisme
Eux sont les mots de Lucifer

Sister of sin